Vacances de rêve…

Australie, Japon, Botswana, Nouvelle-Zélande, de San Francisco à Santiago en paquebot ?
On en a rêvé mais ça ne sera pas de si tôt.

Guadeloupe, Saint-Martin, République Dominicaine ?
Non, et non, ce sont des quêtes encore trop lointaines.

Grèce, Croatie, Maroc, Italie, Turquie, Crète, Malte, Espagne.
Non, et c’est encore moins loin que Châlons-en-Champagne.

Bon alors, ça veut dire qu’on reste chez nous, en banlieue ?
Oui, tu verras, on ne s’en portera que mieux…

Mouais… tu parles d’un programme : ça sent le bricolage, rangement, courses, ourlets aux rideaux, lessive, repassage, ménage. Ce n’est pas du tout comme ça que j’envisageais les vacances, moi… On est diamétralement opposés aux (re)découvertes de lieux, de saveurs et de cultures dont j’avais rêvé ¤ rêver est une grosse métaphore, puisque depuis 6 mois — et même un peu plus si on compte les troubles du sommeil de fin de grossesse — je ne pense pas dormir suffisamment pour avoir le temps de rêver, mais bon, passons ¤.
Mais le Loup a deux arguments de poids justement :

1) bébé = pas de repos
Nous avons un bébé qui ne dort que très peu depuis toujours. Et malgré la fatigue croissante, nous avons de plus en plus de mal à nous endormir. Donc, même faire la sieste en même temps que lui ne nous requinquerait guère.
Si vous ajoutez à tout ceci de possibles difficultés à s’adapter à un nouvel environnement pour dormir (il nous a fait le coup il y a 10 jours en Angleterre — où nous sommes allés assister à un merveilleux mariage gay dans la campagne), on reviendra à plat, comme à la maison, quoi.
Par ailleurs, bébé ne tient pas encore très bien assis, impossible par conséquent de le laisser trôner paisible dans une chaise haute admirant ses parents pendant qu’ils se sustentent. Résultat : soit on prend le petit dans un porte-bébé au risque de le voir gigoter d’impatience au bout de 10 minutes d’inactivité et devoir lui faire faire un grand tour pour épancher sa soif de découvertes, soit on va manger l’un après l’autre, nous relayant auprès de son altesse royale. Bye bye les repas à trois en dehors de l’hôtel.

2) Crèche = quelques heures de liberté pendant la journée
Mais oui !
Bébé se réveille entre 7 et 8 heures du matin, quoi qu’il arrive.  La grasse mat’, on a fait une croix dessus. Alors, puisque nous sommes réveillés, autant nous lever et déposer le petit monstre à la crèche où il fera plein d’activités, sera entouré de ses amis et de professionnels payés pour assurer son bien-être. Le soir, ce sont des parents heureux d’avoir pu faire une sieste réparatrice ou trois, d’avoir eu un peu de temps à eux, et d’avoir pu manger ensemble à des heures correctes qui viendront le récupérer et seront heureux de passer les quelques heures à venir avec lui.

Ben du coup, j’ai dit oui !
A nous les longs dodos de mi-journée, à nous les petits restos sympas en amoureux, à nous les ballades dans Paris sans se soucier de l’heure du prochain biberon ou d’une couche à changer.

LIBRES ! Liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiibbbbbbrrrrrreeeeeeeeees !

En plus, on économise l’argent du voyage, on peut finir les menus travaux que nous n’avons jamais le temps d’achever, et on peut dormir dans notre grand lit.  Ah, dormir…

Je sais, je m’encroûte.

Publicités

A propos Jazz

Jazz, c'est juste moi, ici et là.
Cet article a été publié dans lupismes, monblognotes, on veut des vacances. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Vacances de rêve…

  1. bonsais29 dit :

    creche : vie sociale pour le p’tit bout.. partage, contacts. hélas, vive les petites maladies. de toute manière, il doit y passer : roséole, rhums… ceci dit, bon repos. 🙂

  2. Akynou dit :

    Moi je dis que y a rien de tel que la Guadeloupe avec belle-maman dans le rôle de la crêche. Mais je comprends aussi le point de vue du loup 🙂

  3. Jazz dit :

    > bonsais29 : oui, oui, la crèche, c’est chouette, malgré l’enchaînement rhinite, bronchio, otite et presque conjonctivite auquel nous avons eu droit dernièrement… On sent qu’il s’amuse tous les jours. Nous, les parents serions presque jaloux.

    > Akynou : toi, tu sais ce qui est bon. je ne sais pas quand on y retourne, mais j’espère que c’est bientôt, parce que là, je suis vraiment impatiente !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s